Trinidad & Tobago, des rhums de légende



Angostura, récit d’une légende

Située non loin des côtes du Venezuela, Trinidad est la plus grande île des Petites Antilles. Au XIXe siècle, elle faisait partie des plus importants producteurs de sucre et de rhum mais, depuis 2002, la culture de la canne à sucre y a été abandonnée. Si, aujourd’hui, Angostura s’impose comme l’un des rhums les plus connus de la planète, la marque s’est d’abord fait connaître grâce à son bitters créé en 1824 par le docteur Siegert, médecin auprès des armées de Bolìvar, au Venezuela. Imaginé pour lutter contre les problèmes digestifs, il a ensuite été adopté par les bartenders.

Le rhum le plus cher de l’histoire : Pour ses rhums, Trinidad Distillers Ltd a la particularité de réaliser les fermentations des mélasses avec des souches de levure mises au point en 1949, qui sont toujours cultivées sur place. Elles sont à l’origine du goût et des arômes particuliers du rhum Angostura. En 1974, la production est transférée dans la distillerie de Laventille, à côté de Port of Spain, siège de l’entreprise. Depuis, le site a été modernisé en 1985, puis en 1999, pour afficher aujourd’hui une capacité de production de 50 millions de litres annuels. La distillerie est équipée de sept colonnes continues et peut se targuer de posséder les stocks de rhums (principalement élevés en fûts de bourbon) les plus importants de toutes les Caraïbes. En 2013, Angostura a créé l’événement en commercialisant le rhum le plus cher de l’histoire : il fallait en effet débourser 23 000 € pour s’offrir l’une des vingt carafes d’Angostura Legacy.