Rencontre avec Marco Savio, fondateur de la marque The Demon's Share

Dugas Club Expert The Demon's Share Rhum

• Depuis combien de temps êtes vous dans le monde du rhum ?

J’ai commencé à être un acteur dans le monde du rhum dans les années 1990. 
Mon aventure a commencé par une histoire d’amour. Ma fiancée d’origine cubaine m’a transmis sa passion pour le rhum. Nous avons commencé notre aventure dans le monde du rhum au Panama, en travaillant de concert avec un maître de chais cubain. Nous avons également élaboré quelques rhums au Guatemala en partenariat avec l’incontournable distillerie Botran. Puis, avec The Demon’s Share, nous sommes retournés aux origines : le Panama. 


• Qu’est-ce qui vous a donné l’inspiration pour créer The Demon’s Share ?

Quand on est dans le monde des spiritueux, il faut toujours chercher l’inspiration, se renouveler. Tout peut être source d’inspiration à partir du moment où l’on est ouvert d’esprit. L’idée du Démon m’est venue alors que je me promenais sur une foire, chez moi en Italie. Il y avait une publicité pour un whisky. Toute leur communication était axée sur cette fameuse part des anges (taux d’évaporation d'alcool au cours de son vieillissement). Alors je me suis dit, mais je ne suis pas un ange moi, plutôt un diable (rires). J’ai donc imaginé que le Diable devrait se servir avant les anges pour les spiritueux. 


• Pourquoi avoir choisi le Panama comme origine pour votre rhum ?

Nous avons choisi le Panama, car c’est l’origine de nos premiers rhums et que c’est dans le canal de Panama qu’est né notre démon. Quand il n’est pas en vadrouille, c’est là-bas que se trouve son repère. Pour moi The Demon’s Share c’est davantage qu’un spiced rhum, c’est avant tout un univers. A mon sens, le story telling va de concert avec l’élixir que l’on déguste.


• Pour vous, quel serait le cocktail qui sublimerait The Demon’s Share ? 

The Demon’s Share peut évidemment s’apprécier seul. Mais le cocktail que je préfère pour le combiner serait un Old Fashioned revisité. On conserve la palette aromatique de The Demon’s Share tout en accentuant ses notes d’orange. 


• Pouvez-vous nous donner un avant-goût des surprises que nous réservent vos Démons ? 

Tout d’abord un petit rappel sur l’origine de The Demon’s Share. Sa base de rhum est un rhum de mélasse, distillé dans des alambics à colonne puis vieilli 6 ans en fûts de chêne américain. C’est à l’issu de cette période que notre démon prendra sa part avant les anges.
Alors en avant-première, je vous le confie, il existe 7 démons réunis dans un village qui jouxte le canal de Panama. Chacun à son propre caractère et surtout ses propres goûts en matière de rhum. Alors ils ne sélectionnent pas les mêmes jus et n’élaborent pas les mêmes recettes. Vous voyez où je veux en venir ? 
A chaque démon sa personnalité et donc son élixir. Tout est affaire de goût, la meilleure option reste la dégustation pour trouver « chaussure à son pied » en l’occurrence l’expression qui convient à son palais. 





Vous aimerez également :

Interview d'Isabel Medina, Ambassadrice des rhums Botran

Rencontre avec Nelson Hernandez, Maître Rhumier chez Diplomático