La sélection de whisky à offrir pour les fêtes de Donald MacKenzie et d’Eric Delrue, nos Brand Ambassadeurs Whisky

selection_whisky_Donald_MacKenzie_Eric_Delrue_brand_ambassadeurs_whisky_Dugas_Club_Expert_2

Quel whisky offrir pour un amateur de whisky écossais ?


Donald MacKenzie :

Pour un amateur de whisky écossais
je pense au Glengoyne Legacy Chapter 1. C’est le dernier opus de la distillerie Glengoyne située dans les Highlands. Cette édition limitée est un single malt vieilli en fûts de xérès. Elle rend hommage à l’histoire fascinante de la distillerie. L’élaboration de ce whisky s’inspire de Cochrane Cartwright, directeur de la distillerie en 1860. Afin d’amplifier le caractère doux et fruité des whiskies Glengoyne, il décide ralentir le temps de la distillation. Il instaure aussi le vieillissement en fûts de sherry oloroso, ce qui ajoute de la complexité au whisky. Glengoyne Legacy Chapter 1 est pour moi « un gâteau de Noël en bouteille », avec ses notes de poires, de raisins secs et de cannelle. 

Pour surprendre un fan des whiskies de l’île d’Islay, que choisiriez-vous ? 


Donald MacKenzie :

Je trouve que c’est vraiment un whisky qui casse les codes. 
Il est produit chez moi, sur l’île d’Islay qui est réputée pour élaborer des whiskies tourbés. Pourtant, il ne l’est pas. Il garde tout de même une empreinte marine (elle aussi typique d’Islay) grâce à son vieillissement en fûts de xérès dans les chais de la distillerie situés en bord de mer. Avec ses notes de toffee, de vanille il dévoile une bouche crémeuse et saline. C’est une vraie découverte qui sort des standards d’Islay. 

Un peu de chauvinisme. Si vous deviez offrir un whisky français, lequel choisiriez-vous ?


Donald MacKenzie :

Je partirais en Lorraine avec Rozelieures Origine. En plus d’un super rapport qualité/prix, cette cuvée prouve qu’il y a une réelle tradition de distillation en France. Ce qui m’a surpris est le nez. A l’aveugle, on perçoit des arômes d’eau-de-vie de mirabelle, de poire. Ses notes s’estompent pour laisser s’exprimer la céréale. Sa finale est à la fois gourmande et croquante. 

Donald McKenzie Ambassadeur Whisky Dugas spiritueux premium

Pour convertir un amateur de rhum au whisky, que proposez-vous ?


Donald MacKenzie :

Un whisky vieilli en fûts de rhum me paraît une bonne idée pour initier un amateur de rhum au whisky. Je pense au whiskey Teeling avec son finish en fûts ayant contenus du rhum Trois Rivières de 12 ans : le Teeling Small Batch Collaboration Trois Rivières

Ce whiskey irlandais est déjà rond et gourmand. Son passage en ex-fûts de rhum lui apporte de la complexité avec des notes de fruits tropicaux. Sa finale douce et veloutée saura conquérir le palais d’un amateur de rhum.

Et puis bien sûr mon petit dernier : Flatnöse Rum Barrel finish. J’avais envie de mettre un peu de soleil dans mon whisky, alors j’ai créé ce finish en ex-fûts de rhum d’Amérique Latine. Ça lui rajoute des notes de vanille et une touche de sucre roux, avis aux gourmands !

Selon vous, quelle pépite à découvrir pour faire un cadeau d’exception ?


Donald MacKenzie :

Je resterais en Ecosse avec Bladnoch Samsara pour lui faire redécouvrir la région des Lowlands. Bladnoch est une distillerie emblématique d’Ecosse. Malgré ses 200 ans d’histoire, elle reste confidentielle. La cuvée Samsara résulte d’un assemblage de malts vieillis dans d’anciens fûts de bourbon et de vin rouge californien. Au nez, ce whisky apparaît plutôt floral. En bouche, l’onctuosité ressort accompagnée de notes de crème vanille, de caramel et de pommes fraîchement coupées. Pour moi c’est une vraie gourmandise de Noël. 

Quel whisky offririez-vous à un amateur de whisky tourbé ?


Eric Delrue :


Je lui offrirais le Bunnahabhain Toiteach A Dha. Cette distillerie emblématique de l’île d’Islay produit habituellement des whiskies iodés non tourbés. Le caractère marin de ses whiskies fait partie de l’ADN de Bunnahabhain. Pourtant, une fois par an elle produit une série limitée où la tourbe est mise à l’honneur. Cette version de chez Bunnahabhain conjugue à merveille le côté marin, la tourbe aux notes de fruits. Le tout est sublimé par une fumée délicate. Un régal avec des fruits de mer !


Pour un épicurien, quel serait le whisky qui pourrait le séduire ?


Eric Delrue :

L’épicurisme est une morale qui se propose la recherche exclusive du plaisir. Cette philosophie rime souvent avec gourmandise et complexité. J’imagine alors un whisky riche et suave aux notes fruitées, sherry, chocolatées et épicées. Pour moi, un épicurien pourrait être séduit par Tomatin 18 ans, un merveilleux whisky des Highlands. Il est d’abord vieilli 15 ans en ex-fûts de bourbon et de sherry, puis 3 ans exclusivement en fûts de sherry Oloroso. Un premier nez sur les agrumes, évolue sur la gourmandise du sherry. En bouche se dévoilent des notes capiteuses de chocolat et de miel pour finir sur une touche boisée et épicée. 


Pour sortir un amateur de ses whiskies d’Islay, quel whisky pourrait le surprendre ?


Eric Delrue :


Sans hésiter, Springbank 10 ans. Issu de la distillerie emblématique de Campbeltown, c’est un Single Malt complexe, élégant et équilibré. Les premières notes évoquent des fruits, plutôt rouges. Une fumée délicate ainsi qu’une tourbe subtile et élégante viennent envelopper ces fruits. En finale, l’iode rappelle que la distillerie se situe à quelques mètres seulement de la mer. Avec Springbank, on retrouve quelques caractéristiques des whiskies de l’île d’Islay. Cependant sa texture huileuse et riche lui ajoute davantage de complexité. 




Pour se faire plaisir sans se ruiner, quel whisky proposeriez-vous ?


Eric Delrue :


Je pense à Writer’s Tears pour découvrir ou redécouvrir les whiskeys irlandais. Issu d’un assemblage de pot still (spécialité irlandaise faite à partir d'orge malté et non malté) et de single malt. La triple distillation lui apporte de la douceur. Ses notes de fruits, de miel et de vanille sont réhaussées par un léger boisé. Sa finale est gourmande avec une touche chocolatée. 


Pour sortir des sentiers battus, quel whisky pour surprendre un amateur ?

Eric Delrue :

Kirin Fuji Sanroku est un bel exemple du savoir-faire japonais ! Au pied du Mont Fuji, Jota Tanaka – maître distillateur - assemble cinq whiskies dont deux single malts (plus de 50% de l’assemblage), puis les vieillit en petit fût de 180L. 


Le nez frais a des arômes de fruits blancs et de céréales. Malgré un degré qui peut être perçu comme élevé (50%) la bouche est ronde aux des notes de fruits exotiques, d'agrumes et de vanille. Ce whisky s’achève sur des touches gourmandes de caramel et de cacao. 



Eric Delrue et Donald MacKenzie  
Brand Ambassadeurs Whisky chez Dugas


Vous aimerez aussi :